Le phénomène des bullshit jobs

Vous n’aimez pas votre emploi ? Vous avez l’impression d’être complètement inutile dans votre travail ? Si votre boulot disparaissait, cela ne changerait absolument rien à la planète, ni même à votre entreprise ? Vous avez peut-être actuellement un bullshit job. Un quoi ?

Aujourd’hui, je souhaite vous parler d’un phénomène qui a été expliqué par David Graeber, docteur en anthropologie, économiste et professeur à la London School of Economics, les bullshit jobs, ou selon la traduction française les jobs à la con. Il définit un job à la con comme « une forme d’emploi rémunéré qui est si totalement inutile, superflue ou néfaste que même le salarié ne parvient pas à justifier son existence ».

David Graeber a pour la première fois parlé de ce concept en 2013 à travers un article qu’il a écrit pour le magazine Strike ! Personnellement, j’en ai entendu parler pour la première fois il y a quelques semaines, à la sortie de son livre « Bullshit jobs ». Quand j’ai vu ce qu’il voulait dire par bullshit jobs, cela m’a intrigué. Jamais auparavant je n’avais imaginé cela, je me suis posée des questions et j’ai donc voulu en savoir plus. J’ai acheté le livre, l’ai lu et souhaite vous partager mon opinion.

bullshit jobs.jpg

Je vais partager avec vous le sommaire car il est vraiment bien construit et cela vous permettra de mieux comprendre le cheminement fait par l’auteur dans ses recherches.

Chap 1 : Qu’est-ce qu’un job à la con ?

Chap 2 : Quels sont les différents types de jobs à la con ?

Chap 3 : Pourquoi avoir un job à la con rend-il si souvent malheureux ?

Chap 4 : A quoi ça ressemble d’avoir un job à la con ?

Chap 5 : Comment expliquer la prolifération des jobs à la con ?

Chap 6 : Pourquoi notre société reste-t-elle sans réaction face à la généralisation des emplois inutiles ?

Chap 7 : Quelles sont les conséquences politiques des jobs à la con et comment y remédier ?

Je vais être honnête avec vous, il y a des parties du livre que je ne suis pas sûre d’avoir compris, notamment toute la partie historique et celle liée aux théories du capitalisme… Il n’empêche que la façon dont est traitée le concept des bullshit jobs est très intéressant et surtout très complet. Beaucoup de recherches et d’entretiens ont été faits afin de pouvoir construire la théorie à partir des témoignages que l’auteur a pu obtenir.

Une partie que j’ai trouvée particulièrement intéressante est celle où il classe les différents types de jobs à la con selon 5 catégories :

  • Les larbins : « sont ceux qui ont pour seul but ou but premier de permettre à quelqu’un de paraître ou de se sentir important. »
  • Les porte-flingue : « le boulot comporte une composante agressive, mais surtout, c’est fondamental, n’existe que parce qu’il a été créé par d’autres ».
  • Les rafistoleurs : « ceux dont le job n’a d’autre raison d’être que les pépins ou anomalies qui enrayent une organisation, en somme, ils sont là pour régler des problèmes qui ne devraient pas exister ».
  • Les cocheurs de cases : « la seule ou principale raison d’être est de permettre à une organisation de prétendre faire quelque chose qu’en réalité elle ne fait pas ».
  • Les petits chefs : « l’essentiel du boulot consiste à générer des tâches à la con qu’ils confient à d’autres, à les superviser, ou même à créer de toutes pièces de nouveaux jobs à la con ».

Évidemment après avoir lu tout ça, je me suis demandée : est-ce que j’ai déjà eu un job à la con ?

bullshit jobs 2.jpg

La réponse est : je pense que non. Je me suis retrouvée à faire des trucs super chiants, je me suis retrouvée à attendre le boulot car je n’avais rien à faire (pendant des heures !) mais je voyais toujours l’utilité de mon travail (quand j’en avais !). Je dirais plutôt que certains de mes jobs ont été plus ou moins des jobs de merde. David Graeber fait d’ailleurs la différence dans le livre entre un job à la con et un job de merde.

Dans tous les cas, j’ai trouvé ce livre très intéressant et je pense qu’il devrait être lu par tous afin de voir notre société et notre rapport au travail sous un nouvel œil.  Il pointe tout un tas de dysfonctionnements dans le système actuel et propose une solution à la fin du livre : le revenu universel de base. Je ne vais pas développer ce concept ici car le revenu de base mérite un article à lui tout seul, que j’écrirais sûrement un jour. En attendant, pour ceux qui n’en auraient jamais entendu parler voici une définition donnée dans le livre : « une mesure qui consisterait à remplacer l’ensemble des prestations sociales soumises à conditions de ressources par une somme fixe versée à tous les résidents du pays, sans distinction ».

Et vous, aviez-vous déjà entendu parler du concept des jobs à la con ? Qu’en pensez-vous ? En avez-vous déjà eu ?

2 commentaires sur “Le phénomène des bullshit jobs

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s