Comment le voyage peut aider à développer sa confiance en soi ?

Un atelier à Paris et un voyage, il n’en aura pas fallu plus pour prendre conscience de certaines choses et de les verbaliser. Aujourd’hui, je suis persuadée que les voyages permettent de gagner en confiance en soi et je vais vous expliquer pourquoi.

Il y a quelques mois de cela, j’ai assisté à un atelier à Paris sur la confiance en soi, organisé par The School of Life. En y allant, je n’avais pas vraiment d’attente, j’avais envie de voir ce que l’école allait proposer. J’avais une crainte néanmoins, que ce soit trop « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » et qu’à la fin de l’atelier, je ne reparte pas avec grand chose qui puisse me servir. Et bien ce fut le contraire qui s’est passé. Beaucoup de sujets ont été abordés, plein de choses intéressantes et je ne pourrai évidemment pas tout aborder ici.

school-of-life

Cela fait quelques temps déjà que je voulais partager ce moment avec vous mais je ne savais pas trop sous quel angle l’aborder. J’avais envie d’expérimenter ce qui avait été dit avant d’en parler. Bon ça je dois être honnête, je ne l’ai pas vraiment fait. Je voulais faire plus de recherches sur ce qui avait été dit, je ne l’ai pas fait non plus. Alors pourquoi en parler maintenant, allez-vous me dire ? Et bien parce que sans trop le faire exprès, j’ai mis certaines choses en place de par ma situation actuelle : je voyage dans un pays où je ne connais personne.

Je vais donc d’abord vous parler de ce qui a été dit durant l’atelier (pas tout hein!) et ensuite aborder le fait que voyager m’aide à développer ma confiance en moi.

1. « Comment améliorer sa confiance en soi ? » by The School of Life

Tout d’abord, l’atelier était animé par un homme comédien (je ne me souviens plus de son nom, oups!) qui était aussi intéressé par l’analyse transactionnelle. Et donc c’est sous cet angle que nous avons abordé l’atelier.

a. Fixed mindset vs Growth mindset

Carol Dweck a développé une théorie concernant notre état d’esprit et a comparé l’état d’esprit anglo-saxon (growth mindset) et le notre (fixed mindset).

En France, on a tendance à avoir un fixed mindset, c’est-à-dire que nous nous considérons comme un produit fini. Je suis telle personne pour telle et telle raison, c’est mon identité. Je n’évolue pas. Je suis telle que je suis et c’est ma valeur. Cela détermine mon estime de soi.

Dans les pays anglo-saxons, ils ont plutôt tendance à avoir un growth mindset, c’est-à-dire qu’ils se considèrent comme un chantier en cours qui ne finit jamais d’évoluer. Les échecs sont vus comme des apprentissages. En apprenant, ils développent leur confiance en eux.

C’est là que les choses deviennent intéressantes : nous parlons d’estime de soi alors qu’eux parlent de confiance en soi. Nous avons tendance à confondre les deux alors qu’il y a une grande différence. L’estime de soi correspond à ce que l’on vaut, la valeur que l’on se donne ; alors que la confiance en soi correspond à ce que je sais. Et aux dernières nouvelles, ce que je sais ne détermine pas ce que je vaux (bon ça, ce n’est que mon avis!).

Donc si on développait un état d’esprit un peu plus anglo-saxon, cela nous aiderait davantage à gagner en confiance en nous.

b. 5 réponses à l’inconfort

Être dans une situation où l’on n’a pas confiance en soi signifie que l’on se retrouve dans une situation inconfortable. Selon Taibi Kahler, il existe 5 peurs universelles auxquelles nous faisons face : la peur d’être nulle, la peur d’être méchant, la peur d’être fragile, la peur de passer à côté de quelque chose d’important et la peur que les gens disent que je n’ai pas assez bosser.

Et chacun de nous a une ou deux peurs plus présentes que les autres et dans notre tête, nous allons nous dire certains messages pour contrer cette peur :

  • je suis nulle => sois parfait
  • je suis méchant => fais plaisir
  • je suis fragile => sois fort
  • je passe à côté de quelque chose d’important => dépêche-toi
  • je bosse pas assez => fais des efforts

Bien sûr tout cela n’est pas forcément conscient. Souvent cela est lié à notre enfance et aux messages que l’on a pu entendre. Il est donc important d’identifier notre peur et notre message afin de pourvoir le contrer. Donc pour cela, on peut se demander « qu’est-ce qui se passera si ça rate ? » par là j’entends, vous voulez faire quelque chose mais vous n’osez pas. Demandez-vous « qu’est-ce qui se passera si ça rate ? » et en fonction de la réponse que vous avez, il va falloir travailler sur cette croyance limitante, en se répétant un proverbe qui nous dit l’opposé par exemple.

2. Voyage et confiance en soi

Durant l’atelier, nous avons abordé la question « comment développer sa confiance en soi ? » et une des réponses a été de tester des nouvelles choses, c’est-à-dire de sortir de sa zone de confort.

zonedeconfort

C’est donc de cela que je souhaite parler maintenant. Le voyage est un moyen super puissant pour sortir de ma zone de confort surtout lorsque je pars à l’étranger. Pourquoi ? Car je perds tous mes repères. Je me retrouve dans un endroit où tout ou presque est différent : la langue, la nourriture, les moyens de transport, le climat, les infrastructures, l’organisation d’une ville, l’argent, les coutumes… Je dois donc m’adapter tout le temps et pour tout, comprendre en observant ce que font les autres, poser des questions.

Je vais vous donner quelques exemples de comment je vis les choses en Colombie. Il y a quelques jours de ça j’ai pris le bus, donc comment ça fonctionne ? En France, on paye en entrant dans le bus et on appuie sur un bouton pour descendre à l’arrêt d’après. En Colombie, c’est un peu différent, on paye en montant et on crie au chauffeur quand on veut descendre, il n’y a pas d’arrêt. Clairement ça, je l’ai compris une fois dans le bus quand je voyais les gens faire. Mais autre problème, je devais descendre à un certain endroit mais je ne connaissais pas la ville donc comment savoir si j’étais bien arrivée ? J’ai donc du parler dans une langue étrangère à ma voisine pour qu’elle me dise quand je devais descendre. Je me suis retrouvée dans une situation inconfortable car je ne maîtrisais pas la situation puisque je ne la connaissais pas.

Autre exemple, je vais au supermarché pour faire des courses pour me faire à manger. Beaucoup de produits ne sont pas les mêmes, n’ont pas les mêmes couleurs, les mêmes emballages. Certains produits n’existent tout simplement pas. Il faut donc trouver certains repères et faire avec ce qui existe, voire même apprendre à utiliser certains produits que l’on ne trouve pas en France.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ces exemples restent des exemples très matériels mais je peux me retrouver dans la même situation avec des locaux. Les Colombiens sont des personnes très ouvertes et ils peuvent raconter leur vie à n’importe qui et attendent donc la même chose de moi. Une fois, on m’a demandé si j’étais marié alors que je connaissais à peine la personne. Sur le coup, j’ai trouvé ça un peu bizarre mais en discutant un peu j’ai compris que c’était normal pour eux de poser ce genre de questions.

Voyager m’oblige à me retrouver dans des situations que je ne connais pas en permanence. En quoi ça aide la confiance en soi vous allez me dire ? Et bien, ça fait gagner en confiance en soi parce que dans chaque situation compliquée il y a une solution et quand j’arrive à la trouver et à la mettre en place, je peux me dire que je suis capable de faire telle ou telle chose. Je suis capable de me débrouiller à l’autre bout du monde dans un pays que je ne connais pas. Et si je suis capable de faire ça, je peux faire plein d’autres choses, non ?

A tous ceux qui souhaitent développer leur confiance en soi, je ne peux que vous conseiller de voyager, d’oser et d’y aller. Le monde n’est pas si terrifiant ! Et vous, qu’en pensez-vous ? Est-ce que les voyages vous ont permis de développer votre confiance en soi ?

5 commentaires sur “Comment le voyage peut aider à développer sa confiance en soi ?

  1. Je connaissais la différence de mentalité entre la nôtre et les anglo saxons ! c’est pour cela que nous posons la question « pourquoi » qui demande de justifier une action, alors qu’eux posent la question « comment » qui permet d’expliciter l’action pour l’améliorer et avancer !
    Quant au voyage, je suis convaincue de ce que tu dis, et j’y repenserai dans quelques mois ! et je te mettrai un post à ce moment là !!

    J'aime

  2. Très intéressant ton post
    Tout ce que tu dis me parle fortement
    Je n’ai jamais voyagé seule trop de crainte
    Mon objectif serait de faire une rando toute seule mais je me visualise aussitôt en train de me perdre ce qui fait que je ne randonne pas seule….
    Compliqué de sortir de sa zone de confort 😉

    J'aime

    1. Je t’avoue que randonner toute seule, je n’y vais pas souvent car tu te retrouves dans la nature toute seule et s’il arrive quelque chose, ce n’est pas évident. Mais partir un long we dans une ville européenne est accessible. Tu as des gens autour de toi si tu te perds et pour autant tu te retrouves dans un endroit complètement différent.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s