Je suis une hypersensible

J’ai lu un livre récemment : « Fort comme un hypersensible » de Maurice Barthélémy et Charlotte Wills qui m’a fait comprendre que moi aussi j’étais une hypersensible. Cela a pu expliquer pourquoi je vivais certaines choses de certaines manières. Plutôt que de vous expliquer ce qu’est l’hypersensibilité, je souhaite partager ce qui fait que je suis une hypersensible.

Avant de commencer, je souhaite préciser qu’il y a beaucoup de caractéristiques qui sont attribuées à l’hypersensibilité et ce n’est pas parce qu’elles ne nous représentent pas toutes que nous ne le sommes pas. Chaque hypersensible vit la chose de manière différente tout en ayant certaines caractéristiques communes.

Les hypersensibles représentent environ 20% de la population. Et ils ont tendance à s’attirer entre eux, donc si comme moi, vous avez tendance à en voir partout, cela ne veut pas dire que tout le monde est hypersensible, mais sûrement que vous l’êtes et que vous les attirez à vous.

Voici les caractéristiques dans lesquelles je me suis retrouvée :

1/ Être idéaliste

Avoir des valeurs fortes et arriver à vivre selon elles. C’est hyper important pour moi de faire des choix qui sont en accord avec mes valeurs sinon je vais me trouver hypocrite, pas alignée. Je dis certaines choses et je fais d’autres choses. Évidemment, je ne suis pas parfaite et c’est très difficile d’être 100% du temps en accord total avec ses valeurs. Mais la majorité du temps, je vais réfléchir aux conséquences de mes choix et ce que cela veut dire par rapport à ce qui est important pour moi.

Je veux défendre des causes qui me parlent – de différentes manières qui me correspondent. J’aspire à un monde plus utopique où mes valeurs seraient la norme : un monde en paix, un monde solidaire, un monde respectueux des humains, de la nature et des animaux. Ça parait bateau d’écrire cela mais le mettre réellement en pratique, c’est tout autre chose.

2/ Manque de confiance en soi et légitimé

Dans le livre, ils expliquent que la confiance en soi se crée grâce aux expériences que l’on vit et à la résilience que ça nous amène. Donc quand on a confiance en soi, on va plus facilement se sentir légitime. Mais le serpent qui se mord la queue, c’est que quand on ne se sent pas légitime, on ne va pas oser faire certaines choses et donc on ne va pas développer sa confiance en soi donc on ne se sent pas légitime. CQFD.

Personnellement, j’ai pas mal de problème avec la légitimité, car dans ma tête (et je pense que la société française n’y est pas pour rien), c’est que je ressens le besoin d’avoir des diplômes pour me sentir légitime. Alors que ce n’est pas moins valable dans certaines situations d’avoir seulement comme background l’expérience de la vie. Et je n’ai aucun problème quand cela concerne les autres.

3/ Les sens exacerbés

J’ai toujours eu la peau ultra sensible. Je me souviens encore de gens qui me pincent et me rendre compte que cela me faisait vraiment mal et passer pour une douillette.

Je suis hyper sensible au niveau des yeux. La luminosité me fait extrêmement mal aux yeux et je suis obligée d’avoir des lunettes de soleil sur moi toute l’année. Cela m’arrive régulièrement de les porter en hiver quand la lumière ne gêne personne autour de moi.

Le bruit me fatigue très rapidement. J’ai du mal à être dans des endroits avec du brouhaha, j’ai l’impression que ma tête va exploser.

Les odeurs, n’en parlons pas. Quand je prends le métro que je sens les différents parfums, déodorants… j’ai l’impression d’être agressée. D’ailleurs, il va peut-être falloir à certaines personnes d’arrêter de se vider la bouteille d’eau de cologne dessus.

4/ Anticiper

Anticiper dans le sens de se dire : si mon plan A ne fonctionne pas, quel est mon plan B, voire mon plan C. Toujours imaginer plusieurs scénarios possibles, plusieurs issues possibles.

Je me rends compte que je fais beaucoup ça dans le milieu professionnel mais ça peut m’arriver de faire ça dans des situations sociales de la vie, dans l’organisation de mes voyages, pour mon blog.

5/ L’hyperperfectionnisme

Vouloir que les choses soient parfaites tout le temps. Je sais que c’est d’ailleurs quelque chose qui m’a empêché de créer notamment, dans le passé car je me disais « non ça va être nul, donc ça ne vaut pas le coup d’être créé ». Et j’ai dû et dois encore travailler sur l’idée que le plus important n’est pas de faire quelque chose de parfait mais de créer tout simplement.

J’ai aussi réalisé que j’attendais autant des autres que j’attendais de moi-même et là franchement c’est le début de la fin. Car avoir des attentes inatteignables pour soi c’est quelque chose mais l’attendre des autres c’est tout simplement impossible et la meilleure manière d’être déçue.

6/ Les effets de l’introversion

« Oh mais au premier abord tu parais froide », je ne sais pas combien de fois j’ai entendu cette phrase dans ma vie – peut-être un peu moins maintenant que par le passé mais ça peut quand même arriver. Je pense d’ailleurs que ça a été une des raisons qui a fait que j’ai mis autant de temps à m’identifier comme une hypersensible. Comment est-ce que l’on peut être froide et hypersensible en même temps ?

Et bien la réponse la voici : la froideur est une carapace pour les introvertis. Ça permet de se protéger des émotions des autres, de les mettre à distance pour ne pas être chamboulé en permanence.

7/ Difficulté à trouver sa voie professionnelle

Voici un extrait du livre :

« Trop de personnes hypersensibles ne parviennent pas à trouver leur place professionnelle. Leur grande ouverture à une multitude d’activités, associée à leurs difficultés à faire des choix, les empêche parfois de prendre de bonnes décisions, ou tout simplement de prendre des décisions. Mal orientées, déçues – par l’activité professionnelle choisie initialement ou par les valeurs de l’entreprise en laquelle elles avaient fondé leurs espoirs -, elles sont malmenées par des petits chefs abusifs et méprisants, des relations malsaines avec des collègues qu’elles ont du mal à identifier ou à comprendre, ou encore en manque de reconnaissance… Parce qu’elles préfèrent partir plutôt que de rentrer en conflit, la désillusion s’installe au fil des multiples expériences et finit par les désenchanter, voir les projeter dans un état d’anxiété profond. Certaines personnes hypersensibles peuvent vivre une vie entière en errance professionnelle, à chercher leur place. »

Autant vous dire que ce paragraphe a beaucoup résonné en moi.

Si vous aussi vous vous reconnaissez dans certaines de ces caractéristiques, je vous conseille fortement de lire le livre. Vous vous sentirez plus normale.

Est-ce qu’il y a des hypersensibles parmi mes lecteurs ?

2 commentaires sur “Je suis une hypersensible

  1. Il me semble qu’il y a quelque chose que tu n’abordes pas dans les sens exacerbés : c’est l’intuition, le sentiment de parfois accéder à ce que l’autre ressent, par des micros signes, un ou deux mots noyés dans tout un flot de paroles, ou autres . Difficile de le définir !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s